Pour vous donner une idée plus précise du chemin parcouru, voici une carte de la falaise. Nous sommes partis 3 jours à pied de Indeli jusqu'à Banani-Sangha.

Plan de la rando

Nous avons rendez-vous à 7h00, le mardi 16 février avec notre guide : Mabo. Nous prenons une voiture pour rejoindre le point de départ du trek, à 1h00 de Bandiagara.

Lors du trajet, nous pouvons apercevoir les champs d’oignons que la population cultive pour l’ensemble du marché malien.

Les champs d'oignons

Nous découvrons un premier village dogon situé sur le plateau, au bord de la falaise : Indeli. Nous sommes impressionnés par ses petites maisons en banco (terre crue) et en pierres, toutes reliées les unes aux autres. La visite se fait au milieu des odeurs d’oignons pilés sur les grosses pierres en contrefort du village.

Vue sur les toits des villages

les oignons séchés

Mabo nous montre la maison du sage du village qui est la plus grande et qui est constitué de petits rangements au dessus de la porte afin de conserver certains biens hors de la portée des enfants et des animaux.

La grande maison du chef du village

A la sortie du village, nous pouvons admirer la plaine en contrebas à travers une faille de la falaise.

Première vue sur la plaine

Nous continuons notre chemin et nous croisons plusieurs villages dogons, avec chacun un attrait particulier.

Dans le village de Begnemato, Mabo nous explique la vie en communauté de la population répartie dans trois quartiers : un chrétien, un musulman et un animiste. En haut d’un rocher qui domine ce village, Ludovic trouve une place rêvée pour faire une pause. Il s’agit en fait d’un lieu de repos pour les vieux du village où ils se retrouvent pour jouer à l’awalé.

Ludo sous l'abri de repos des vieux du village

Dans le village de Dourou, Mabo nous présente une case à palabres typique faite de banco et recouverte de poutres en bois puis de tiges de mil séchées. Cette construction peut être réalisée uniquement par les initiés et seuls les sages et les initiés peuvent s’y retrouver. Vous remarquerez que le plafond est bas et pour cause, à chaque problème abordé ou discussion ouverte, il faut éviter tout emportement ou agressivité. En effet, imaginez, une personne en colère, elle a souvent envie de se lever pour exprimer son désaccord. Sous la case à palabres, personne ne peut se redresser pour hausser la voix…

La case à palabres de Dourou

Le chemin devient plus plat après une montée dans les rochers, nous apprécions les paysages mais la chaleur commence à se faire ressentir. Nous devons veiller à bien nous hydrater…

Mabo et Ludo

Pour cela, nous avons deux méthodes : Comme les nomades du désert, nous faisons infuser du thé dans une bouteille bien au soleil. Et voici le résultat :

Le sachet de thé infuse...

La bouteille de thé

Mais il est tout de même agréable aussi de se rafraîchir alors Ludo trouve le moyen d’entourer une autre bouteille d’eau avec un chiffon mouillé, avec la chaleur, l’eau du torchon s’évapore et celle du bidon devient fraîche à souhait avec le même système qu’une clim ! Astucieux ! Ludo a l’air d’apprécier :

L'eau fraîche

Après une matinée à marcher sur le plateau, nous prenons le chemin pour descendre dans une faille de la falaise pour rejoindre la plaine. Nous suivons un groupe de femmes qui se rendent au même endroit pour aller vendre leurs produits au marché.

Les femmes vont vendre leurs produits au marché

La faille est impressionnante, voici une vue d’en haut :

La faille vue d'en haut

Une vue d’en bas :

La faille vue d'en bas

Rocher entre la faille

Nous passons même une échelle en bois, le même type d’échelle que l’on peut trouver contre les maisons pour monter sur les terrasses.

L'échelle en bois

Au milieu de la faille, nous trouvons un joli point de vue. Nous nous arrêtons pour admirer la plaine et le désert à perte de vue :

On aperçoit le vide à coté de la falaise

Les falaises du pays Dogon

Nous nous sentons tout petits face à cette immensité. Cette vue donne de l’oxygène !

Cécile et Ludo devant la vue sur la plaine

La pause au coin de la falaise

Nous apercevons aussi au loin les maisons troglodytes nichées dans la falaise :

Les maisons troglodytes

Après une bonne heure de pause, nous continuons notre descente vers le village de Nombori où l’on se retrouve plongé dans l’ambiance du marché hebdomadaire.

Arrivée dans un village

Le marché de Nombori

Nous prenons ensuite le temps de nous promener dans les jardins où nous rencontrons des enfants qui sont tout contents de nous accompagner pour nous donner les noms en dogon des salades, des oignons, des piments, des aubergines…

Le passage entre deux jardins

Les calebasses trouées pour l'arrosage

Un des enfants nous montre même la technique d’arrosage locale avec une calebasse trouée que Ludovic a rempli :

Ludo puise l'eau dans la calebasse

L'arrosage des jardins avec une calebasse

La nuit commence à tomber et nous rejoignons notre campement. Mabo a commandé un ragoût avec des pommes de terre pour tous les trois. Un régal ! Nous avons choisi de dormir à la belle étoile sur les terrasses avec la moustiquaire. Le ciel étoilé est superbe, un plafond magnifique pour faire de beaux rêves.

Le lendemain matin, nous nous réveillons devant le beau spectacle du lever du soleil au pied de la falaise.

Ludo sous la moustiquaire

Le lever du soleil entre les pieds

A bientôt pour le prochain épisode ...