L'arrivée à la mairie

Arrivée des mariés à la mairie

L'ambiance était très détendue et nous avons assisté à quelques comédies étranges, il parait que c'est assez courant ici.

En premier lieu, c'est la belle sœur de M. Camara (l'épouse d'un de ses frères) qui a commencé à blaguer en déposant une "plainte". Depuis le matin, elle avait préparer son rôle en prétendant haut et fort, être la première épouse de M. Camara, d'avoir même eu un fils avec lui et que ce nouveau mariage avait été organisé dans son dos. Pour faire face au dilemme, les 2 parties ont désigné des "avocats" qui ont tenté chacun à leur façon de plaider la cause de leur "client".

La plainte de la tante jalouse...

Un véritable match d'impro plein d'humour (même si la différence culturelle ne nous permet pas toujours de rire avec le public...) Finalement, après un dédommagement de quelques billets, la belle sœur (qui jouait très bien son rôle depuis le matin) a retiré sa plainte... Et tout le monde riait de bon cœur de cette farce coutumière.

Mais la comédie ne s'arrête pas là, c'est maintenant au tour de l'officier d'état civil, elle même, de jouer la comédie :

"Puisque plus personne ne porte plainte, nous allons procédé à la signature des registres..." Mais voilà : Mme l'officier d'état civil a perdu son stylo, et sans stylo, pas de mariage... Il faut donc l'aider à retrouver son Bic. Entendez par là, que chacun des proches des mariés viennent déposer sur le bureau quelques billets pour aider madame à retrouver son stylo.

Une somme non négligeable est déposée petit à petit par les membres de la famille et les amis tandis que les responsables de la commune font monter les enchères... On nous assure qu'il s'agit d'un folklore bon enfant et c'est vrai que l'assemblée s'amusait beaucoup avec ce petit jeu... mais dans un pays comme la Guinée où la corruption est monnaie courante, nous trouvons cette tradition plutôt curieuse... (peut être encore cette satanée différence culturelle).

Bref, après quelques billet de plus, le stylo est enfin retrouvé (l'argent fait bien des miracles) et Mme l'officier a pu procéder à la lecture des textes de loi.

Les deux époux ont dit OUI, chacun à leur tour et plusieurs fois... Sur la demande insistante de l'officier, ils ont même répété très fort 3 fois de suite : OUI ! OUI ! OUI ! avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir.

Les voeux de l'officier de l'état civil

L'assemblée dans la salle des mariages

Au moment de l'échange des alliances, on retrouve encore un billet qui sert à déposer les bagues... décidément l'argent est omniprésent dans ces cérémonies...

Les alliances déposées sur un billet de 5000 FG

L'échange des alliances

Voilà, il ne reste plus que la signature des époux et des témoins :

M. Camara signe le registre

Le cortège quitte maintenant la mairie pour se rendre au Centre de Formation Guinée Solidarité pour la suite des évènements:

La sortie de la mairie

Prochainement, le dernier épisode avec la réception au Centre Konkouré...