Nous avons tourné en spirale de l’extérieur vers l’intérieur, aucune boutique n’a pu nous échappé. Nous avons acheté de l’igname et de l’huile d’arachide bien moins chère qu’à Mamou.

Au cœur du marché, nous avons retrouvé Salomé qui venait faire ses provisions pour la fête de Pâques.

Le centre du marché semblait presque abandonné. Géant nous a expliqué que les vendeuses investissaient plus facilement les extérieurs plus accessibles aux clients que le milieu du marché. Un programme de reconstruction de ce marché est en cours pour donner une meilleure exposition aux différents étalages.