A tout seigneur tout honneur, en premier lieu nous vous présentons :

La Vieille : (ici entourée de certains de ses petits enfants)

Ne voyez surtout pas le moindre signe de sarcasme dans cette dénomination. Le mot Vieille doit être vu ici au sens le plus noble et le plus respectueux. La Vieille, c’est Anne-Marie, la Maman de Sébastien. Mariée au Vieux (Aimable, paix à son âme), elle a donné naissance à 8 enfants : 4 filles et 4 garçons.

Vous connaissez déjà Sébastien dont nous avons souvent parlé, il est prêtre, nous l’avions rencontré lors d’un de ses passages à Tournon en Ardèche. Il dirige le petit séminaire de Kindia, il est spécialiste en islamologie. Nous aimons beaucoup discuter avec lui, c’est un très bon ami.

Vous avez déjà entendu parler de sa soeur Rose, religieuse à Labé, elle dirige l’école St André (environ 1000 élèves, l’une des meilleurs écoles de Guinée). Sr Rose n’était pas présente à St Alexis cette semaine.

Avant ces deux là, sont nés 2 filles et 2 garçons :

Eugénie et Julia sont à Bamako, mariées toutes les deux. Elles n’étaient pas non plus présentent au village pour la fête. Julia est mariée à Roger Kourouma (un cousin de la famille Condé), qui nous avait accueillis lors de notre passage à Bamako l’été dernier. (Voir article sur Bamako)

Barnabé et Antonin, eux, sont établis au village :

Barnabé est marié à Claudine, il est mécano et chauffeur de taxi brousse. Ils sont sur cette photo entourés par l’ensemble des enfants de la concession.

Antonin, lui, est marié avec Salomé, c’est lui que le Vieux avait choisi pour prendre la relève. Il s’occupe donc de la gestion de la plantation et des animaux. Il assume avec beaucoup d’humilité et un grand sens des responsabilités le rôle de chef de famille.

Antonin et Salomé :

Claudine et Salomé entourées des enfants :

Enfin, après Sébastien, sont nés Blandine et André.

Blandine est installée au village et travaille à la SAG (Société Aurifère de Guinée). Elle est kiné à l’hôpital des mines d’or de Siguiri.

Blandine avec sa petite Marie-Berthe :

André, lui, travaille comme mécano à l’aéroport de Bamako. Il a fait un passage éclair au village, nous n’avons pas eu le temps de le prendre en photo.

Dans la concession, vit aussi l’une des filles de Roger Kourouma et Julia :

Irène, ou la Vieille (elle n’est pas plus âgée que Cécile mais elle est l’homonyme d’une vieille qui habitait le village)

Irène, tressant Thérèse :

Quand un enfant naît dans une famille en Guinée, il est une coutume de l’appeler par le nom d’un autre membre de la famille. Il devient alors son Homo c'est-à-dire homonyme. C’est un grand signe de respect pour la personne, on lui confit implicitement l’enfant. C’est une relation de parrainage. Si l’adulte est déjà affublé d’un sobriquet, l’enfant hérite alors naturellement de ce surnom. Si un prochain enfant reçoit le nom de Sébastien, à tous les coups la famille l’appellera : L’Abbé.

Quant aux enfants, nous ne sommes pas toujours arrivés à comprendre qui étaient les enfants de qui. Au village, les enfants appartiennent à tout le monde. Plus tard, ils ne parleront pas de leur cousins et cousines mais ils se diront tous frères et sœurs… En gros, il y a Clément et Maxime qui sont à Labé pour étudier au collège de Sr Rose, il y a Le vieux et Le vieux, puisque 2 d’entre eux sont prénommés Aimable. Il y a aussi Roger, Abraham, Marie-Madeleine, Marie-Berthe, Anne-Marie dite la Vieille (cette Vieille n’a pas encore un an, aucune dent et un belle avenir devant elle), Claire, Thérèse…

Claudine et son bébé La Vieille :

En plus de cette grande famille, nous avons rencontré à Siguiri : Henriette, la cousine (présentée comme la grand sœur), celle-ci est mariée à un musulman, elle a 2 coépouses. Nous avons passé un peu de temps avec deux de ses enfants : Sekouba (dit Géant, parce qu’il avait du mal à grandir… allez comprendre) et Fanta la rigolote.

Cécile et Henriette :

Géant :

C’est le père d’Henriette qui s’appelait Sébastien, c’est lui l’homonyme (le parrain) de notre ami. Sa femme avait donc souhaité s’occuper de l’éducation de son neveu. C’est elle qui avait fait venir Sébastien à Bamako où il a fait ses études puis est entré au séminaire. Aimable, le père de Sébastien avait cherché à envoyer ses enfants étudier hors de la Guinée durant la période tragique du règne de Sékou Touré. Les frères et sœurs de Sébastien étaient alors répartis entre Bamako et Dakar.

Voilà une présentation rapide des principaux membres de la famille qui nous a accueillis la semaine passée à St Alexis. Tout ceci sans compter les cousins et cousines qui habitent les nombreuses autres concessions du village.

Vous n’avez rien compris… Voilà bien toute la réalité d’une famille guinéenne ! Et quelle famille !

Barnabé, Sébastien, Ludo et Antonin :