Du coté du Centre : Nous avons procédé au recensement des jeunes handicapés sur la commune urbaine de Mamou. Ce premier travail de recueillement des informations et de prise de contact sera suivi mi juillet d’une journée de sélection des nouveaux candidats pour lesquels la formation du Centre est adaptée.

Sortie Konkouré avec les élèves

Le jeudi 28 juin, nous sommes partis avec le minibus pour faire découvrir le site de Konkouré à nos élèves. C’est dans la bonne humeur que nous avons fait le trajet jusqu’aux chutes de Konkouré. En lien avec une association locale de jeunes, nous avons monté un programme de sensibilisation sur le respect de la nature. Nous avons ainsi abordé les thèmes de la gestion des déchets, de la reforestation, de l’eau… Deux stagiaires français présents à Mamou étaient venus pour faire une intervention. Pour l’occasion, les jeunes du village avaient défrichés les alentours de la cascade pour permettre à nos élèves de contempler la vue depuis notre installation.

Avant de partir, nous avons planté symboliquement un plant d’acacia près du site.

Nos élèves étaient très heureux de découvrir leur région et de passer du temps en pleine nature. Une réelle ouverture d’esprit pour eux !

Groupement des élèves

Depuis le début de l’année, les élèves réfléchissent à la création d’un groupement pour unir leurs compétences et travailler ensemble. Car après la formation, rien n’est prévu par Guinée Solidarité… Ils ont reçu une formation sur le fonctionnement d’un groupement, puis ils ont participé à la rédaction des documents officiels : statuts, règlement intérieur… Le 13 juin, nous avons procédé à l’Assemblée Générale Constitutive du groupement des handicapés de Mamou, crée par et pour nos élèves, avec notre aide. A cette occasion, les membres de l’Assemblée ont approuvé les statuts et le règlement intérieur. Ils ont aussi établi le programme d’activités et procédé à l’élection du bureau. Ils ont nommé leur groupement « L’Expérience de Konkouré », en reconnaissance des acquis transmis au Centre. (Rappel : le Centre s’appelle Le Centre de Konkouré) Avec le professeur d’alphabétisation, nous avons finalisé les documents. Nous avons pu déposer la demande d’agrément auprès du Préfet avec une délégation des élèves. L’agrément provisoire nous a été délivré début juillet ! Tout reste à construire, mais c’est déjà un bon début !


Les week-ends, nous avons pu nous reposer un peu… mise à part le we où l’on s’est fait l’aller–retour sur Conakry pour acheminer le matériel du container jusqu’au Centre. Mais cela a été l’occasion de récupérer notre malle aux trésors, remplie avant notre départ en France. Des petites surprises en tout genre : déco, bouquins, jeux, confitures, bonnes conserves, matériel de musique…

Nous avons fait plusieurs soirées jeux avec Mathilde et Olivier, arrivés fin mai à Mamou… Ca fait trop plaisir°! Nous avons aussi fait une sortie en brousse avec eux, vers le plan d’eau de Bafing. Nous avons traversé un tout petit village. Nous voulions continuer notre balade mais nous avons dû faire un retour précipité vers la voiture à cause de la pluie.

Nos préoccupations du mois :

- Internet : depuis le 6 juin, il n’y avait plus de connexion sur Mamou. Le réseau a été remis en service le vendredi 11 juillet… soit un mois après !

- Electricité : depuis le 28 juin, le transformateur de notre quartier avait grillé… après plusieurs appels et plusieurs visites à EDG (Electricité de Guinée), nous avons pu nous brancher sur une autre ligne, mais nous avons une tension plus faible… Nous sommes contents de revoir le frigo fonctionner et de pouvoir recharger les batteries après 2 semaines et demi d’attente… mais on retournera à EDG pour trouver une solution qui envoie du 220 V. Moral de l’histoire : si tu ne te déplaces pas plusieurs fois, personne ne vient te dépanner ; si tu n’es pas un gros projet ou un hôtel… tu devras attendre que le transformateur soit changé… (notre quartier est toujours dans la pénombre autour de nous)

- Eau : nous avons aussi eu le droit à notre panne d’eau… mais heureusement, la réparation chez eux est rapide ! Cela n’a duré que 3 jours.

- Le poulailler : de 18 poules, il nous en reste 5 en vie… Certaines se sont fait manger par des fourmis (qui rentrent par les orifices), d’autres sont tombées malades… Alors, on doit être au petit soin pour celles qui restent… On aimerait bien en manger quelques unes quand même ! Mais plus que jamais, on sait pourquoi on préfère voir les animaux domestiques chez les amis plutôt que chez nous !